« Faim du Monde »

« Quatrième Cycle de Repos »

Joh soupira, au son strident de l’alarme. Le manque de sommeil et la privation de nourriture, lui faisait se dire, que la folie devait être un bien meilleur sort. La lumière crue jaillit dans toute la Rangée des cellules, annonçant la fin du bref répit avant de retourner aux Champs.

Il secoua la tête, les murs verts lui faisaient un mal de chien, au cerveau et aux yeux. Son pauvre compagnon de malheur, gémit au sortir d’un sommeil troublé, sûrement par des rêves appétissants. Herv, un grand gaillard aux cheveux gris, se retourna vers Joh. Les yeux à demi-collés par la fatigue, il chuchota :

« Alors ? C’est ce soir ? »

Vérifiant qu’aucuns Gardiens Verts n’étaient assez proches pour entendre, Joh cligna d’un œil affirmatif en direction de son ami. L’alarme se tue aussi brusquement qu’elle vous déchirait l’âme.
Tous deux se mirent debout dans leurs combinaisons vertes, les pieds bien en position sur la ligne verte peinte au sol.
Les isolants pour le Cycle de Repos du reste des prisonniers, les portes vitrées s’ouvrirent en un chuintement amusant.
Pchhhhiiiit ! Une canette qu’on ouvre comme avant la guerre, pensa Joh.

La voix métallique qui sortait du mégaphone, sur un ton très maternelle, demanda à tous les Résidents de rejoindre le Secteur Alimentaire. Joh accompagné d’Herv suivit la rangée de prisonniers en rang d’oignons, en direction de leur première étape dans le Cycle de Vie.

Assis devant son repas indigeste, Joh sourit en regardant Herv assis en face de lui, mangé avec dégoût sa ration de céréales infectes. Sur sa gauche se tenait Drine, petite métis rigolote et toujours joyeuse, malgré l’endroit. Le grand costaud qui encombrait toute la place sur sa droite, s’appelait Rôh. Bon mangeur, le bonhomme. Même quand on est obligé d’y prendre gout. C’est vraiment dégueulasse ces trucs. Les deux autres membres de la table, étaient Klair et Stephano, amoureux malgré les risques encourus.
Tous le regardaient, n’attendant qu’un signe de lui pour mettre leur plan à exécution.

Joh repensa à son arrivé dans la prison. Il y a maintenant quelques Cycles. Il avait réussi à vivre caché dans un coin reculé pendant quelques années. Il en avait perdu le compte, vivant aux grès des cycles de la nature. Élevant deux chèvres, quelques lapins et poules. Chassant un peu, cultivant quelques légumes pour agrémenter sa viande. Rien de bien méchant. Tu parles !

Tout commença il y a de nombreuses années, dans les années 1940. Un anglais du nom de Donald Watson (nom de canard, soit dit en passant) créa le mot « Vegan » les premières et dernières lettres de « Vegetarian ».
Il fonda « La Vegan Society » dont le premier précepte est toujours le suivant :

« Le Véganisme est la doctrine selon laquelle les humains doivent vivre sans exploiter les animaux ».

Vingt ans plus tard, ce pas très rigolo Donald W. va déclarer que les animaux ne doivent être utilisés ni pour la viande, ni pour le lait ou encore le miel, ni pour l’habillement. Et qu’ils ne doivent en aucun cas être exploités et traités avec cruauté, par exemple pour des recherches médicales ou la fabrication de cosmétiques, et surtout pour la nourriture.

Et ça passa grave. De plus en plus d’adeptes du tout-végétale changèrent de mode de vie. A la mort de son créateur, de nouveaux dirigeants arrivèrent à la tête de son mouvement. Leurs motivations étaient- elles nobles ? Nul ne le saura un jour. Le mouvement Vegan prit avec les années une ampleur telle, que de nouvelles lois furent votées par les convertis tenant les commandes du pouvoirs.

2027 « Interdictions d’élever plus d’une bête a la fois » fut la première. Laissant tout d’abord les éleveurs et autres professions en découlant, sur le carreau. Beaucoup de produits furent échangés contre un substitut à base de tofu, de soja, et autres céréales. Rendant de plus en plus difficile l’accès à la viande pour tous les Omniv’.

2034 « Interdictions de se nourrir d’un animal vivant ou mort » fut la deuxième loi abattant tout une branche professionnelle de par le monde. Première manifestation des Carniv’, nommés ainsi par les médiats et la population, converti a 86% au Véganisme, toute nouvelle religion mondiale, supplantant même celle des Smartphones. Cette manifestation fut un carnage, les Polices Vertes durent riposter fasse aux jets de viande lancés par les émeutiers.

2037 « Tous Carniv’ et/ ou Omniv’ surpris en plein meurtre et/ou en train de dévorer toutes substances provenant d’un être vivant, subira une accélération de son Cycle de Vie. Il servira le temps de quelques cycles puis rejoindra le Grand Minéral, afin de subvenir au besoin du grand Vegan » fut la loi qui mit le feu aux poudres. L’extermination mondiale de tous les carnivores, lions, rapaces, chiens, chats et tout un tas d’autres bestioles fit exploser le monde dans une guerre mondiale qui dura moins de deux ans entre Carniv’ et Vegan.

2039 « Loi Martiale Mondiale instaurée, traque et cantonnement de tout les Carniv’ et Omniv’ » Bien sur, les Carniv ont perdus la guerre fasse aux nombres grandissant, au fil des âges, des adeptes du Grand Vegan.
Oh, certains étaient, plus « Flexitariens » que Vegan’s, mâchant honteusement un petit bout de viande en cachette. Parfois sympathisants, parfois collaborant, ainsi va le monde…

Joh avait fuit au commencement des embrouilles. Beaucoup avaient fait comme lui, s’éparpillant loin des grandes métropoles, dans les montagnes, dans les forets, mais loin des embrouilles. Herv était un ancien Grand Chef d’un Restaurant renommé. Il avait compris que les choses changeaient et avait fui dans les montagnes savoyardes. Drine, en rentrant d’un de ses nombreux voyages culinaires, avait ressentie un frisson gênant au niveau de la nuque. Elle disparue dans les Cévennes pendant deux ans. Le géant Rôh, déjà installé dans un endroit assez isolé, regardait sur internet, un message d’alerte venant d’un de ses amis. La police verte ne trouva aucun indice, quand à la direction de sa fuite. Stephano récupéra d’urgence, Klair complètement abasourdie par la fermeture du dernier magasin « En vendant » encore dans toute la ville. Ils s’effacèrent pendant quelques temps avant d’êtres rattrapés par la Police Verte, ainsi que toutes les personnes assissent avec Joh autour de sa table du Secteur Alimentaire de la prison/ferme.

Ils échangèrent des regards silencieux, obéissants aux ordres donnés par la voix métallique. Elle vociféra à l’ensemble de la prison, que les prisonniers ayant atteint la fin de leur Cycles de Vie, de rejoindre dans le calme la section recyclage corporel. Les Gardiens Verts sortirent une quinzaine de détenus de la rangée plantée là. Aucun membre du groupe de Joh, n’était sur la liste. Il avait fait en sorte d’être avec les autres sur le planning de récolte et non sur la liste du Recyclage. La Gardienne Vert n’était pas insensible à ses charmes et avait tenue ses promesses. A l’annoncé de leurs noms, les six comparses en combinaisons vertes marqués d’un Carniv’ sur le dos, prirent le chemin des Champs en compagnies de trois Gardiens Verts.
Le soleil, leur fit mal aux yeux. Depuis de nombreux Cycles à travailler au Secteur des Jeunes Pousses en lumière artificielle, avaient déshabitués leurs yeux à la clarté extérieure.

Joh regarda devant lui, l’horizon était couvert de champs. Champs de blé, Champs de soja, de mais. Des légumes, des céréales, des substituts alimentaires pour nourrir la population mondiale. Les moissonneuses se chargeaient de la récolte et les dissidents servaient d’engrais. Ayant détruit des milliers d’années d’évolution sur un précepte stupide. Alors qu’il suffisait de réduire la surconsommation, la surexploitation, revenir a un mode de vie plus simple. La technologie, le permettait mais une poignée d’avides crétins, seulement intéressés par leurs nombrils, en avaient décidés autrement. Toujours plus pour eux et rien pour les autres, comme des enfants dans une cours d’école.

Les visages de Herv, Drine, Rôh et les deux amoureux s’effacèrent lorsque, un coup de crosse reçu dans le bas du dos, éjecta Joh en dehors de son cauchemar, trempé de sueur…

Joh se redressa sur son lit et en apercevant Marley son chat qui sautait du canapé dans sa direction, à la recherche des câlins matinaux, il se dit :

« P’tain, plus jamais je mange Vegan. P’tain d’cauchemar… »

Goupil

RETOUR AU COIN DU FEU

Une réflexion sur « « Faim du Monde » »

  1. Je me suis reconnue 😁
    Et les autre personnage aussi d’ailleurs 😉.
    Il y’a de quoi faire une belle histoire avec ce début , alors op à tes stylo et continu comme ça 👍

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *