Essai de Narrafion…

Désert du Mont’Blan, le seul endroit où l’on peut se rafraichir et boire une bonne pinte est la Station Serv‘Hell. L’avant-toit métallique vibre légèrement au peu de vent qui balaye la plaine aride. Une table à l’ombre, une silhouette affalée, accrochée à sa chope, marmonne devant un auditoire attentif…

Rapprochez vous et prêtez l’oreille… M’sieur, M’dam…

L’Hom’ pousse un soupir et reprend se qui semble être une chronique ?…Bataille ?…Darhn ! …Perdus ? …Concourt d’histoire ? Plus prés M’dam et M’sieur !…Survie ?

Écoutez son récit…

« …Ulach, fût le premier … »

« Laissez-moi vous contez, l’un des nombreux haut faits… Hein ? Ah oui !, et la magniiiifique histoire, qui n’arrive qu’une fois dans une courte vie, où l’on peut dire avec fierté, j’y étais, je l’ai vu… Alors là, je laisse un petit silence pour souligner la gravité du moment ?… Non ? Bon, je reprends, alors… Voici, L’Histoire d’une légende vivante, d’un Héro merveilleux … DARHN ! Puissant Guerrier, seul Victorieux, des Vingt-deux Brutes qui sévissaient près d’Aris, squelette d’une ancienne capitale … »

« Tousss…Tousss… » L’agacement secoua la lourde silhouette de notre Héro…

« Hein ? Oui, oui… Mais d’abord, laissez-moi, me présenter. Je suis, Ulach pour vous servir. J’ai grandi dans un monde hostile, très Z’Hostile « Ter’ ». Les légendes des temps anciens, décrivent un monde de merveilles, un monde où vivre n’était pas une course perpétuelle, un monde d’harmonie, un monde où tous étaient égaux, un monde… ahhh, les légendes, j’y reviendrais… m’enfin, peut-être… Non ?… Et puis, « Ter’ » dévastée par la guerre de La Grande Lumière, Le Grand Flash, pas de sourire, pour l’Humanité sur la photo finale…This is the End… Game Ove… Aie… Hamhamm ! Pardon, je reprends… »

« Heureusement et malheureusement, dans notre cas, la fin d’un monde, ne signifia pas forcement le néant, mais plutôt la renaissance d’un autre… Et cet autre monde eu une naissance extrêmement difficile, comme un énorme coup de boule à la planète. Au fil des générations, les trop rares survivants durent apprendre à s’adapter aux ténèbres, aux mutations biologiques, végétales, parfois minérales, et surtout, ils durent survivre au dernier pallié de l’Enfer offert par les Anciens, leur propre bestialité…. Mais parfois, dans les Ténèbres, la Lumière n’a pas complètement disparue, Un enfant est né dans ce Chaos, son Nom, il le tranche au fil de sa Hache, d’un… »

« Humm, Grrr ! » Raclement de gorge et grognements, auraient dû être un signe annonciateur, d’ennuis pour mon ami…

« Ok ! Ok ! Je sens votre impatience et j’y viens… c’est pour le contexte… Donc, moi je suis Ulach, fils de survivant, survivant lui-même. Je me débrouille comme tout un chacun. Mercenaire, voleur, érudit, y pas d’sot métier. C’est mon choix et parfois mes choix n’ont pas toujours été judicieux… Comme celui-ci… Et je me trouve devant vous, afin de retracer les événements, qui m’ont permis d’assister au combat le plus épique, que dis-je, une divine chorégraphie, une danse mysti….»

Le craquement d’os qui suivi le puissant poing, mis un terme à l’explication d’Ulach.

Un « …A toi !…» résonna autour de nous…

Déglutition…Peu fier dans sa pisse et son sang, mon pauvre Bertol. M’dam, p’tite pièce…merci, jolie rousse…

« Huhumm !, je suis, heu ! Bertol…je con…continu, bin, comme mon camarade, où il s’est arré…

« OK ! Désolé !… Moi, aussi je suis là à cause que, bin de mes choix. Alors, bin la nuit venait de tomber sur le campement des Rustres brigands et, heu ! Le silence, légèrement troublé par les Glouk, piafs étranges. Heu !, d’ailleurs elles sont zarbes, ces bestioles, Hien ? Venues d’on ne sait où. Ça ressemble a de grosses volailles, pas de plumes, maigrelet, un bec énorme, l’intelligence d’une sangsue des rochers…Qui font que becter s’qu’ils trouvent. Je con…continu ? Ça fait Glouk, Glouk, Glouk, et ça se reproduit en un claquement de doigt, pour ceux qui ont encore des doigts, par… par… »

« Farthénozenèze… » D’une bouche sans dents…

-« Merci, Ulach….voilà, donc une manne de bouffe dans un monde où bouffer est hyper important…Mais Merde, c’est im-bouffable, a gerbé… et ça plullulll….Fullule…Merci, Ulach…Et, heu, j’en étais ou mo…. »

La GROSSE BAF, stoppa net Bertol…

« Bon, toi, maintenant !» Je frissonnai et failli tourner de l’œil, quand Darhn dirigea sa haute stature vers moi…Merci, pour les pièces… Je retranscris exactement les faits comme ils se sont passés… Donc,…

« Meffi, Feigneur….Hamham …Bin en brefff, outch…En fomme, on fe croyait en fécuri’é, une belle équip qu’on afait montés, Ulafff… Ulaffff… »

« Ulach … »

« merfi, Bertol. Bertol et moif, Valgor… »

« Zalgor… »

« merfi Ulafff…fingt te deux merfenaires aguerris… Don’, campement, blabla, la nui’…beuferie afrés un pillaze pfff fruc’ueux et… M’enfffin…aie….dézolé mais fous m’afez caffé la maffroire…Z’est frai, z’afais zamais fu un mek, manier afec autant de grache une haffe de bataille et autant de bea’ée dans les memb’es folant au’our de fous…En gros, fous nous afez déffffffonchés….Grafe…On fe croyaient p’us fort, et p‘us nombreux…foila… »…

« C’est bien….Toi Zargol, et les autres suivez moi…. » Darhn tira sur la corde qui nous maintenait la tête en bas, au dessus du feu. Le plus douloureux fût pour notre amour propre.

… L’homme assis à l’ombre de la Station, dévissa du fond de sa chope, promena son regard embrumé autour de lui. Semblant sortir de sa torpeur, il fût surpris du nombre de Bouzgnards qui c’étaient rapprochés pour écouter LA Légende…Un petit sourire lui effleura les lèvres dans la promesse d’un repas chaud et peut-être un peu plus, au regard torride que lui lançait la Rousse gourgandine…Il prit quelques secondes, empocha les Rondelles jetées sur la table. Respira un grand coup… et dit :

« …Un gros soupir de soulagement et un petit prout chiasseux, échappèrent à mon contrôle, lorsque le doigt de la lourde main gantée, pointa ma direction… Lorsque je me rappelle ce moment, il y a déjà de nombreuses années. J’évite ce souvenir douloureux… Brrr…! , de ma première rencontre avec le légendaire Darhn, oui, il y en a eu d’autres… m’enfin, bref… On verra ça une autre fois, peut-être que je vous raconterai… Géraldine, sa fidèle Hache, trancheuse de membres, donneuse d’avis tranchés et souvent la réponse de son maître à tout probl… en fait à tout, quoi…

Bon, alors où j’en étais, mes chers Bouzgnards ? Ah oui ! Je n’ai pas à me plaindre, je n’étais pas trop mauvais guerrier, j’avais bourlingué, avec mes potes, jusqu’à l’arrivée du grand, très grand, même Darhn. Là où il passe, ne reste de son passage que molaires et bâtards… Voilà, Darhn a défoncé le camp, ainsi que ma mâchoire, quelques côtes et mes vingt deux Hom’s, en moins de dix minutes, je suis (sur)vivant. Humm, Darhn est pragmatique, Ulach et Bertol ont été vendu comme esclaves, au gouffre de Lil’. Point d’impact d’un souvenir des anciens. Zone riche en cailloux noirs pour le feu. Mais surtout, mortelle à cause de la Peste Nécro, de la Faune, de la Flore et autres Cruautés de la Nature. Je n’ai plus jamais eu de leurs nouvelles, j’espère seulement qu’ils sont morts rapidement…Humm !

Bon, Aubergiste resserre moi. J’ai soif…Voilà, Bonnes Gens, l’histoire véridique de ma rencontre avec Darhn, le grand Héro du monde chaotique qui est le notre aujourd’hui et comment je devins son narrateur officiel. Moi, Zalgor, survivant d’un monde hostile, heureux chanceux, j’ai le privilège de vous contez pour quelques Rondelles, le gîte et la couche, les Aventures d’un Hom’ hors du commun. DARHN ! Imprévisible, est sa Force. Mystérieuse est son Histoire. Il est beau. Il est… Merci, M’dame, pour ses quelques Rondelles…Où en étais-je ?… Ah oui, Aubergiste…. »

Sournoisement la nuit et sa fraîcheur descendirent sur le désert du Mont’Blan, apportant son lot de morts et de cauchemars.

Zalgor, Conteur Éméché…

RETOUR SUR LE SEUIL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *